Document mémoire n°6 (2004)

André LALANDE, une ville… un homme

 

Les associations « Amicale de l’Epévry » et « Mémoire de la ville nouvelle » sont fières de présenter ce document, consacré au souvenir de celui qui mérite le plus le nom de père de la ville nouvelle d’Évry : André LALANDE.

Grâce à l’appui de la mission d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles, confiée à Jean Eudes ROULLIER, nous avons pu réunir une masse importante d’informations, et ainsi donner libre cours à notre gratitude.

A vrai dire, nous n’avons pas eu de mal à recueillir des témoignages. Certains viennent de partenaires extérieurs à l’institution (ceux que nous qualifions de « grands acteurs et témoins »), d’autres ont été fournis par d’anciens collaborateurs de l’Epévry, qui ont partagé de l’intérieur la vie du grand vaisseau qu’André LALANDE avait lui-même lancé.

Au delà de l’histoire d’un homme, ces documents racontent toute une époque et la foi qui la portait. C’est pourquoi ils devraient beaucoup intéresser les nouvelles générations, et même les déconcerter. Les neuf villes nouvelles françaises, lancées dans les années 60/70, répondaient à une commande de cet après-guerre, dont le souvenir marquait encore les responsables politiques et administratifs. La soif de bâtir plus solide, et d’une manière plus organique, était attisée par la conviction d’une prospérité présente ou bientôt de retour. La honte de dysfonctionnements, qui dans un passé proche avaient induit des catastrophes, armait de hardiesse, jusqu’à superposer des compétences administratives, pour ordonner toutes les ressources à un résultat. Tout cela composait une ambiance dont il faut absolument tenir compte, avant de juger ce qui se voit aujourd’hui. Ces pages nous entraînent avec force dans ce voyage.